Hubert Haddad, Géographie des nuages

Confi­gu­ra­tions approximatives

Hubert Had­dad — en trois nou­velles où la géo­gra­phie et la fic­tion se perdent dans les nuages — veut faire preuve de ses ailes de géant. Sou­vent, elles empêchent de mar­cher mais ici de s’envoler. Plombé par un zèle méga­lo­ma­niaque, le livre est une impasse. Non seule­ment par oubli du sens de la gra­vité mais parce que l’auteur ne s’est pas foulé. Dès lors, à vou­loir grim­per dans les nuages par petites séduc­tions, la chute est proche de l’ascension.

Le gon­fle­ment d’air ne pro­duit pas for­cé­ment l’extase. Quelque chose dérape, casse. Il manque une force et para­doxa­le­ment du relief. A rêver au bord ou en des­sous du monde, le plein se défait au pro­fit du creux là où le verbe bavarde.
Dans la sidé­ra­tion géo­gra­phique, le voyage vers un bord du monde reste à entre­prendre. Les cordes de la poé­sie res­semblent à des ficelles trop impar­faites pour que sur­gisse un pay­sage sourd. Les nou­velles res­tent un feuille­tage com­mun : il manque de puis­sance pour tou­cher aux confins que le titre lais­sait espérer.

jean-paul gavard-perret

Hubert Had­dad, Géo­gra­phie des nuages, Coédi­tion Facim : Gué­rin Edi­tions Paul­sen, Cha­mo­nix, 2016.

1 Comment

Filed under Nouvelles, On jette !, Poésie

One Response to Hubert Haddad, Géographie des nuages

  1. garanceart

    Trois nou­velles, ter­ri­toires de fic­tion et géo­gra­phie lit­té­raire, où Hubert Had­dad nous trans­porte à la fron­tière du réel et de l’imaginaire, au gré des mer­veilleux nuages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>