Pascal Bonitzer, La vision partielle (écrits sur le cinéma)

Pascal Bonit­zer : théo­ri­cien et praticien

Cet ensemble per­met la cou­ver­ture pen­dant 15 ans du par­cours de Pas­cal Bonit­zer. L’auteur est entré en 1969 aux Cahiers du cinéma, où il écri­vit jusqu’au milieu des années 1980 en tra­ver­sant avec imper­ti­nences cer­taines errances et dérives de la revue dans les années 70. Paral­lè­le­ment, il devint scé­na­riste, col­la­bora à de nom­breuses reprises avec Jacques Rivette, André Téchiné et Raoul Ruiz. Il est devenu un réa­li­sa­teur plus qu’anecdotique : Encore (son pre­mier long métrage) obtint le Prix Jean-Vigo. Et va sor­tir pro­chai­ne­ment son sep­tième film  Tout de suite, main­te­nant.
Dans ce livre, l’auteur mêle théo­rie et cri­tiques en quatre par­ties. Phi­lo­sophe de for­ma­tion, Bonit­zer per­met une approche effi­ciente de son art à tra­vers des ana­lyses de Nagisa Oshima et Fede­rico Fel­lini (en tête) mais aussi d’Alfred Hit­ch­cock, Jean Eus­tache, Éric Roh­mer, Mar­gue­rite Duras, Mar­tin Scor­sese. Eco­no­mie et « ico­no­mie » en sur­gissent et per­mettent de com­prendre com­ment le cinéma et l’idéologie bougent. L’auteur rap­pelle la valeur syn­thé­tique du fil­mique qui se refuse à être « ou bien ou bien ». Et l’auteur prouve com­ment l’image reste ce qui donne de la liberté face aux flux idéo­lo­giques domi­nants lorsque des grands cinéastes s’en emparent sans être enga­gés (et encore moins déga­gés) en divers types d’opérations imageantes.

La pen­sée de Bonit­zer est sans doute plus radi­cale que ses films (ce qui n’enlève rien à leur qua­lité). Elle montre com­ment l’actualité, l’existence et la récep­tion s’articulent selon dif­fé­rentes ins­tances de légi­ti­ma­tion, de pra­tiques et de savoir repo­sant sur le poli­tique, le cultu­rel autant que l’esthétique. L’émergence, l’effacement, l’oubli et la renais­sance des œuvres dépendent de ces struc­tures.
Avec rigueur, le créa­teur construit son ana­lyse sur une confron­ta­tion où Oshima et Fel­lini se répondent pour élu­ci­der le mys­tère du monde et de l’être. L’intime, sa scru­ta­tion sup­posent chez eux la néga­tion du rêve de la trans­pa­rence (que toute idéo­lo­gie reven­dique) : chez eux (à l’inverse d’un Eisen­stein), l’être et la société gardent leur part d’ombre.

jean-paul gavard-perret

Pas­cal Bonit­zer, La vision par­tielle (écrits sur le cinéma), Capricci, Paris, 2016.

Leave a Comment

Filed under cinéma, Essais / Documents / Biographies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>