Claude Tabarini, Rue des Gares et autres lieux rêvés

Rive et dérive

Adepte des rythmes plus que de la mélo­die, Claude Taba­rini cultive dans des textes brefs des images à la cohé­rence defaite mais recom­po­sée. Quoique ne pra­ti­quant pas le seul voyage autour de sa chambre, l’auteur s’éloigne rare­ment de son port d’attache en eau douce : Genève. Il pro­pose ses tours et détours qui repré­sentent par­fois des méta­phores du manque mais sans que pour autant l’auteur n’en souffre.

L’iso­le­ment est main­tenu mais pour autant Taba­rini n’a rien d’un atra­bi­laire. Le monde demeure à l’état brut, incom­pré­hen­sible mais n’est pas sans écho. En vertu de quoi la lit­té­ra­ture trouve son lieu propre. Les mots s’y font chiches et en rien hys­té­riques mais créent des lieux inédits impli­ci­te­ment capables d’agir sur le moteur du monde, pour le “pous­ser” à fond et voir de quoi il retourne.

jean-paul gavard-Perrep

Claude Taba­rini, Rue des Gares et autres lieux rêvés , Héros-Limite, Genève, 2016, 184 p. - 25, 20 CHF, 18,00 € .

2 Comments

Filed under Poésie

2 Responses to Claude Tabarini, Rue des Gares et autres lieux rêvés

  1. HURST Eric à PARIS

    J“AI CONNU CLAUDE TABARINI DANS MON ENFANCE . JE SOUHAITERAI LUI ADRESSER DES PHOTOS DE SA FAMILLE DANS LES ANNEES 1950 TRANSMETTEZ LUI MONMAIL MERCI
    ERIC HURST PARIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>