Mariette, Poupées et Tabous, le double jeu des artistes contemporains

Clafou­tis mystique

Les 66 pou­pées de Mariette ont toute leur place dans l’exposition de Namur. C’est même un euphé­misme puisqu’elles en consti­tuent l’acmé. Il existe dans leur mixage un cla­fou­tis mys­tique : Bell­mer lui-même semble en voie d’être remisé au maga­sin des anti­qui­tés. Par récu­pé­ra­tion, tra­vail de féti­chisme aussi reli­gieux qu’iconoclaste, l’artiste de Saint Laurent du Pont cloue dans un ventre des arpents de monde d’où sortent pré­ci­sé­ment des déesses. Il n’est pas jusqu’au Christ de tom­ber dans le concret, son totem n’est que patère aus­tère.
Dès lors, ce qui nous revêt, Mariette le fend ou l’embaume de linges et de par­fums de néant. Le corps des pou­pées reste ce qui s’agite dedans avec des esprits aux os mus­cu­leux, des chaînes et des médailles. Nul ne peut dire s’il existe ou pas. Mais il est issu de tous les arché­types divins que les hommes ont inven­tés de peur de n’être qu’un souffle pro­vi­soire, un cou­rant d’air de leur boîte crâ­nienne aux orteils. Mariette ne cesse donc de jouer avec le jeu pre­mier et avec les signes qui dopent l’esprit en des images faus­se­ment votives. Elle les trans­forme en gouffre où les hommes peuvent aller pui­ser leur élec­tion. Ce qui les envoû­tait, elle s’en amuse et le brise.

Sa créa­tion s’ouvre sur un espace interne. Pour le faire, vivre elle lui donne un autre corps. Inno­cent ? C’est pos­sible. A moins qu’il arrête tout fluide. Des êtres dorment dans ce corps, ils germent dans l’alcool de l’esprit avant de deve­nir théâtre d’un grand gui­gnol mys­tique plus sérieux qu’il n’y paraît.
Mariette n’explique rien, elle touille la pâte du ventre ense­mencé : du bric-à-brac battu se crée un cla­fou­tis anthro­po­mor­phique. Elle a ainsi tou­jours un coup, un cran d’avance. Que deman­der de plus que cet envoû­te­ment de matière?

jean-paul gavard-perret

Mariette , Pou­pées et Tabous, le double jeu des artistes contem­po­rains, du 18 mars au 26 juin 2016, Mai­son de la Culture, Namur.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Chapeau bas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>