Yves Chiron, Annibale Bugnini (1912–1982). Réformateur de la liturgie

De la dif­fi­cile res­tau­ra­tion liturgique

La ques­tion de la réforme litur­gique est une des plus brû­lantes dans le monde catho­lique actuel. A l’instar de la famille bour­geoise du temps de l’Affaire Drey­fus, on a envie de dire : « Sur­tout ne par­lons pas de la ques­tion litur­gique ! » afin d’éviter un pugi­lat géné­ral ! Il faut pour­tant en par­ler. Un des meilleurs moyens de le faire d’une manière sereine consiste à l’étudier sous le biais his­to­rique. C’est la démarche adop­tée par Yves Chi­ron dans sa bio­gra­phie d’Annibale Bugnini.
Si cet homme demeure un illustre inconnu pour le grand public, tous ceux qui s’intéressent à l’histoire litur­gique le connaissent. Très vite tou­te­fois, les avis divergent. Pour les uns, il est l’auteur d’une des réformes les plus auda­cieuses de l’histoire de l’Eglise catho­lique, qui a adapté la messe aux exi­gences du XXe siècle. Pour les autres, il porte la res­pon­sa­bi­lité de la « dés­in­té­gra­tion de la litur­gie » (car­di­nal Rat­zin­ger), de la pro­fonde et ter­rible rup­ture dans l’unité litur­gique et de la mise en place d’une messe qui n’en est plus une. Com­ment y voir clair ?
L’étude d’Yves Chi­ron, équi­li­brée et fort bien docu­men­tée, est à la fois bio­gra­phique et thé­ma­tique puisqu’il veille à ne pas sor­tir Bugnini de son époque et du contexte de la réforme litur­gique dont on suit le che­mi­ne­ment. Il nous fait connaître le par­cours de cet ecclé­sias­tique qui très tôt s’intéressa à la litur­gie et vou­lut la modi­fier. Ce fils d’une famille pieuse est nommé secré­taire de la com­mis­sion pré­pa­ra­toire pour la litur­gie ins­ti­tuée en vue du concile Vati­can II, avant d’être écarté de la com­mis­sion conci­liaire tout en par­ti­ci­pant aux débats en tant qu’expert. Il revient en grâce au moment de l’institution du Consi­lium, ce conseil chargé de mettre en pra­tique les direc­tives du Concile, puis devient secré­taire de la nou­velle congré­ga­tion pour le Culte divin.

Le Père Bugnini fut donc un homme d’influence qui sut mettre à pro­fit cer­taines de ses qua­li­tés : l’audace, des talents de manœu­vrier et de « com­mu­ni­cant », la force de ses convic­tions sur le bien-fondé des réformes litur­giques et bien sûr la confiance de Paul VI sans laquelle rien n’aurait été pos­sible. Ceci étant, bien des ques­tions res­tent encore sans réponse comme celle de son appar­te­nance à la franc-maçonnerie ou celle de sa bru­tale dis­grâce.
Yves Chi­ron, tout en conser­vant une impar­tia­lité abso­lue sur le fond de la ques­tion et en lais­sant le lec­teur seul juge, montre très bien que Bugnini a été le grand archi­tecte du pro­ces­sus réfor­ma­teur qui était à l’époque motivé par le souci légi­time d’enrayer l’hémorragie de la pra­tique reli­gieuse. Mais avec quels résultats ?

Force est de consta­ter que la réforme s’apparente bel et bien à une rup­ture conforme à l’esprit des années 1960–1970, que ses maîtres d’œuvre – y com­pris au plus haut niveau – ont été dépas­sés par les appli­ca­tions concrètes sur les ter­rains parois­siaux (mais n’était-ce pas là ce que dési­rait Bugnini ?) et que, trente ans plus tard, la litur­gie catho­lique s’apparente à un champ de ruines.
Pen­dant son trop court pon­ti­fi­cat, Benoit XVI tenta une res­tau­ra­tion litur­gique qui n’est guère reprise par son suc­ces­seur. C’est cer­tain, la ques­tion litur­gique conti­nuera pen­dant encore long­temps de divi­ser les catho­liques. Rai­son de plus pour bien en connaître l’origine.

fre­de­ric le moal

Yves Chi­ron, Anni­bale Bugnini (1912–1982). Réfor­ma­teur de la litur­gie, Des­clée de Brou­wer, décembre 2015, 221 p. — 18,90 €.

Leave a Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>