Matthieu Baumier, L’Anti-traité d’athéologie — Le système Onfray mis à nu

Matthieu Bau­mier récuse point par point les rai­son­ne­ments qui sous-tendent le Traité d’athéologie de Michel Onfray

Michel Onfray, essayiste média­tique et pro­li­fique, aime à dis­tri­buer des claques à tel intel­lec­tuel qu’il déteste ou à tel autre pour la pure forme. Cha­cun en prend pour son grade dans ses livres, ses articles ou ses inter­ven­tions télé­vi­suelles. C’est vrai qu’il n’hésite pas à s’en prendre nom­mé­ment à ceux avec qui il n’est pas d’accord. Pour la majeure par­tie, ses publi­ca­tions se par­tagent dans un grand écart entre les édi­tions Gali­lée et Gras­set - les uns publient Igna­cio Ramo­net, les autres Bernard-Henri Lévy, autant dire que cet homme est un adroit funam­bule. De ses nom­breux ouvrages, il faut rete­nir sa ten­ta­tive de fon­der un pro­jet phi­lo­so­phique d’éthique hédo­niste sur lequel il concentre les fais­ceaux de sa pen­sée. Il publie aussi par­fois des choses sur la pein­ture et s’est fendu d’autres choses sur l’enseignement de la phi­lo­so­phie à Caen ou la mort de Pierre Bour­dieu, voilà.

Le suc­cès incroyable de son Traité d’athéologie paru en début d’année montre qu’il a su trou­ver un public large, friand sans doute de cette phi­lo­so­phie en kit, faus­se­ment acces­sible. Michel Onfray s’attaque aux trois mono­théismes dans des termes très durs et n’hésite pas, par­fois, à mélan­ger un peu tout au béné­fice de son argu­men­ta­tion. C’est pré­ci­sé­ment à cette façon de phi­lo­so­pher que Mat­thieu Bau­mier répond dans son Anti-traité d’athéologie. Tout ce que Michel Onfray a écrit n’est pas à jeter, au contraire. Cer­tains de ses ouvrages sont utiles, ins­truc­tifs et diver­tis­sants (il n’est pas ques­tion ici de se deman­der si le rôle de la phi­lo­so­phie est d’être diver­tis­sante ou pas. Michel Onfray est un digne repré­sen­tant de son époque, rien de plus). Citons pour exemple Cynismes, La poli­tique du rebelle ou Esthé­tique du pôle nord.

Il faut tout entendre dans ce titre, L’anti-traité d’athéologie. D’abord, cet ouvrage s’oppose effec­ti­ve­ment point par point à celui de Michel Onfray. Ensuite, Mat­thieu Bau­mier est chré­tien et il met clai­re­ment l’emphase sur sa foi, donc il faut aussi entendre que pour lui, l’athéologie, même s’il en res­pecte le prin­cipe, n’a pas de fon­de­ment véri­table. Il pré­tend démon­ter le sys­tème Onfray et revient, pour ce faire, à la Bible, ser­vant ses contre-arguments. La mise en orbite du Traité d’athéologie agace Bau­mier au plus haut point et il le fait savoir sans craindre la polé­mique, mais il faut, tout de même, mettre à son cré­dit une volonté de rele­ver le débat. De ce côté-là, on convien­dra qu’Onfray, lui, s’est beau­coup laissé aller, accu­sant à tour de bras les chré­tiens de tous les maux. La syn­thèse du pro­pos d’Onfray est simple à for­mu­ler : il faut déchris­tia­ni­ser, un point c’est tout. Bau­mier ne parle pas de rechris­tia­ni­ser mais pro­pose plu­tôt de gar­der la tête sur les épaules. C’est en cela que la lec­ture de L’anti-traité d’athéologie a un intérêt.

Baumier revient à chaque cha­pitre sur un point pré­cis : les femmes, la Génèse, la mort, la science, le Christ, Paul, les mas­sacres et le nazisme. Il veut répondre en chré­tien blessé et convoque nombre de figures intel­lec­tuelles pour notam­ment remettre en cause le maté­ria­lisme de Michel Onfray et appe­ler à his­to­ri­ci­ser le débat autour de la chré­tienté. Pour Bau­mier, il s’agit aussi de filer une fes­sée à son adver­saire et il balance conscien­cieu­se­ment ses petites piques. Voici :
Avec Michel Onfray, nous quit­tons la pra­tique intel­lec­tuelle com­mune — celle qui véri­fie ses sources, pose des argu­ments cohé­rents et vise à éle­ver l’homme — pour des­cendre au niveau d’une déma­go­gie mili­tante.
Bau­mier veut don­ner le change, alors il dis­cute phi­lo­so­phie et théo­lo­gie à un niveau cer­tain et ne lésine pas sur l’honnêteté intellectuelle.

Tout le monde ne se retrouve pas dans la foi chré­tienne de notre auteur et sa confiance en le reli­gieux pour répondre aux ques­tions que l’homme se pose. Son pro­pos est pétri de ses convic­tions et donne sou­vent lieu à des délaie­ments tel que celui-ci : Nous sommes en Dieu comme Dieu est en nous, c’est-à-dire que nous sommes la vie en la vie.
En fait, il n’est pas ques­tion de cri­ti­quer les convic­tions ni la foi de l’auteur. Mais sans doute faut-il consi­dé­rer ce livre sur­tout comme une charge de la com­mu­nauté intel­lec­tuelle chré­tienne contre un Onfray bien mal­ha­bile sur ce coup-ci.

m. clé­ment

   
 

Mat­thieu Bau­mier, L’Anti-traité d’athéologie — Le sys­tème Onfray mis à nu, Presses de la Renais­sance, octobre 2005, 242 p. — 17,00 €.

 
     
 

1 Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies

One Response to Matthieu Baumier, L’Anti-traité d’athéologie — Le système Onfray mis à nu

  1. Jean - Baptiste MUNYARUGERO

    Je com­prends et vois Très bien en quels points Vous Deux: Michel ONFRAY et l’auteur de cet article diver­gez: et c’est si LIMPIDE d’autant plus que vos bases de don­nées ne sont pas les mêmes!

    Vous vous réfé­rez au Salut des âmes…Monsieur Onfray à la Science, et qu’à Elle seule; à la Pen­sée car­té­sienne: à l’individu qui, Sciem­ment _ car, à ma connais­sance per­sonne ICI en Occi­dent, ne contraint plus per­sonne à croire ou à ne pas CROIRE en Quoi que Ce Soit!

    Cet article est SI RICHE, aussi: riches devraient être les réac­tions à son sujet. Mon humble contri­bu­tion est VOUS DEUX, Vous, Auteur de cette Tri­bune, et Michel ONFRAY avez rai­son de Croire en Quoi VOUS croyez, Mais Vous avez Tort de même de Ne Pas Croire en La Réa­lité TRISTE, mais Réelle: Onfray PARLE déca­dence, et Qu’il a PEUR! Et Vous, Vous par­lez de la Pro­vi­dence: Ô que Vous n’Avez pas tant Espé­rance! Soyez très JOYEUX, allez dans l’allégresse et puisse Mon­sieur Onfray pareille­ment avoir moins peur, car La “Déca­dence”, en aucun moment de l’Histoire des humains, PERSONNE, mais Per­sonne, conscient qu’elle vient ou même incons­cient , n’est jamais par­venu à l’Empêcher: Toutes les GRANDES CIVILISATIOS, avant Celle-ci, sont pas­sées par Là, et aucune n’a sur­vécu à son JOUR.

    Juste une opinion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>