Marie-Joëlle Guillaume, Vincent de Paul. Un saint au Grand siècle

Le défen­seur des pauvres

La figure de Vincent de Paul s’est ins­crite dans la mémoire popu­laire comme celle du saint qui consa­cra sa vie aux pauvres au temps des rois, des nobles, de l’indifférence et du mépris des riches pour les humbles. C’est cette image que la pas­sion­nante bio­gra­phie de Marie-Joëlle Guillaume remet en cause. En effet, cette étude aussi bien écrite que docu­men­tée nous fait bien sûr décou­vrir l’homme, son par­cours, ses évo­lu­tions. C’est le prin­cipe du genre bio­gra­phique ! Mais, sans jamais s’éloigner du per­son­nage – ce que fai­saient les bio­gra­phies des années 1970 –, l’auteure nous entraîne dans une com­pré­hen­sion appro­fon­die du XVII° siècle et de ses pas­sions, voire de ses contra­dic­tions. Ce temps est celui d’une vio­lence inouïe, c’est cer­tain, celle des mœurs sociales et poli­tiques, et celle de la ter­rible guerre de Trente Ans. C’est aussi une époque d’une foi incroyable, tra­ver­sée par la réforme catho­lique du concile de Trente, irri­guée par l’obsession du salut, mar­quée par la que­relle jan­sé­niste à laquelle Vincent de Paul par­ti­cipa, ainsi que par la réforme du clergé et la res­tau­ra­tion litur­gique (les abus dans ce domaine dénon­cés par Vincent de Paul sont criants d’actualité…).

Ensuite, l’étude révèle à quel point le futur saint ne fut pas un homme isolé se bat­tant seul contre l’indifférence et la cupi­dité des grands. Bien au contraire, ses liens avec la plus haute aris­to­cra­tie et même avec le pou­voir royal jouèrent un rôle majeur dans ses suc­cès. La haute société aspire à par­ti­ci­per au sou­la­ge­ment de la misère et par­ti­cipe au com­bat contre la pau­vreté qui n’a pas attendu le rap­port Beve­ridge, le wel­fare State et le socia­lisme pour s’exprimer. La société d’Ancien Régime peinte dans ce livre appa­raît sous un jour bien plus nuancé et éloi­gné des habi­tuelles cari­ca­tures. Elle trouve en Vincent l’homme animé de l’énergie néces­saire pour fédé­rer les bonnes volon­tés, orga­ni­ser, créer, com­man­der. Il finit même par entrer au Conseil de conscience chargé de toutes les ques­tions reli­gieuses ! Preuve, s’il en est besoin, de l’intérêt que son œuvre sus­cite au plus haut som­met de l’Etat.
Ce livre est donc une belle réussite.

fre­de­ric le moal

Marie-Joëlle Guillaume, Vincent de Paul. Un saint au Grand siècle, Per­rin, avril 2015, 488 p.- 25,00 €

Leave a Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>