Xavier Dorison & Éric Hérenguel, Ulysse 1781 — t. 1/2 : “Le Cyclope”

Un nou­vel Ulysse encore plus aventureux

Les aven­tures d’Ulysse d’Ithaque ne cessent de fas­ci­ner des géné­ra­tions de lec­teurs. Xavier Dori­son choi­sit d’en don­ner une ver­sion ori­gi­nale, et magis­trale, dans le cadre des Amé­riques de la fin du XVIIIe siècle.
En 1781, les Anglais sont vain­cus à York­town et les Treize colo­nies se pensent indé­pen­dantes. Les sol­dats savourent leur plai­sir. Le capi­taine Ulysse McHen­dricks, un des arti­sans de la vic­toire, ne se plaît que dans l’action et la vio­lence. Pour arron­dir son pécule, il par­ti­cipe à des com­bats clan­des­tins, fait des­cendre sa cote et mon­ter les paris jusqu’au retour­ne­ment de la situa­tion à son avan­tage. À l’issue d’un com­bat, il voit arri­ver son fils Mack. Cela fait deux mois que celui-ci est parti de New Itake. Une troupe d’Anglais, menée par le san­gui­naire colo­nel Mon­trose, s’est ins­tal­lée dans le vil­lage, retient les habi­tants, dont Penn l’épouse d’Ulysse, en otage.
Avec ses Minu­te­men, Ulysse McHen­dricks réarme l’Achéron, le vais­seau sur roues qui leur a per­mis d’attaquer là où per­sonne ne les atten­dait. Pour gagner du temps Ulysse décide de tra­ver­ser, mal­gré les troubles, le ter­ri­toire iro­quois et de pas­ser par la val­lée Wishita. Le voyage com­mence et les dif­fi­cul­tés aussi. C’est en vue de cette val­lée que les indiens attaquent. Pour leur échap­per, le convoi s’engage dans une faille incon­nue, tra­verse une cas­cade et arrive sur une terre répu­tée mau­dite. Là, les voya­geurs vont de sur­prises en surprises…

Ce  nou­vel Ulysse, comme son illustre modèle, fait par­tie d’une armée qui a rem­porté la vic­toire. Le cadre des péri­pé­ties n’est plus le bas­sin médi­ter­ra­néen, mais les grands espaces de l’Amérique. On peut sup­po­ser que le carac­tère du per­son­nage ori­gi­nel devait res­sem­bler beau­coup à celui que nous pro­pose Xavier Dori­son, un guer­rier vivant dans l’action, mais cachant un cœur sen­sible sous une cara­pace bour­rue.
Le scé­na­riste adapte de belle manière des aven­tures mari­times à l’intérieur des terres avec, par exemple, l’Achéron, un voi­lier monté sur roues, tiré par une dou­zaine de che­vaux, le pre­mier, et sans doute le seul, voi­lier amphibie.

On retrouve, trans­posé, un des grands com­bats de L’Odyssée d’Homère, une confron­ta­tion du héros à un Cyclope peu com­mun. Le scé­na­riste étoffe son récit avec une riche gale­rie de per­son­nages, comme une famille de plan­teurs, un pas­teur hol­lan­dais…, ajou­tant des péri­pé­ties spé­ci­fiques au contexte ter­ri­to­rial et his­to­rique. Il ne fait pas l’impasse sur la réa­lité d’une guerre et ses effets : le sang, les bles­sures, la boue, la mort…
Le des­sin d’Éric Héren­guel est net, pré­cis, tonique et dyna­mique. Il réa­lise une per­for­mance équi­va­lente à Lune d’argent sur Pro­vi­dence (Vents d’Ouest), un dip­tyque pré­cé­dent, où il avait fait mer­veille. Il anime un héros dont les traits et la sta­ture rap­pellent Krän (Vents d’Ouest), mais lui donne une dimen­sion bien dif­fé­rente en affi­nant son trait. Il réa­lise des décors magni­fiques, joue avec des pers­pec­tives, des angles éton­nants pour une mise en page d’une grande lisibilité.

Ulysse 1781 se com­po­sera d’une suite de récits en un ou deux tomes, pui­sant dans la richesse et dans la variété des péri­pé­ties racon­tées par le grand Homère. Ce pre­mier album, par sa toni­cité, par son gra­phisme par­ti­cu­liè­re­ment tra­vaillé, laisse augu­rer d’une série attrac­tive, à suivre de près.

serge per­raud

Xavier Dori­son (scé­na­rio), Éric Héren­guel (des­sin), Sébas­tien Lami­rand (cou­leur), Ulysse 1781, tome ½ : “Le Cyclope”, Del­court, coll. “Conquis­ta­dor”, jan­vier 2015, 64 p. – 14,95 €.

Leave a Comment

Filed under Bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>