Dominique Fernandez & Yves Pouliquen, Dire, Ne pas dire – du bon usage de la langue française

Un flo­ri­lège bienvenu

Érudits ou pas, intel­lec­tuels ou non, peu d’entre nous peuvent hon­nê­te­ment se van­ter de par­ler un fran­çais irré­pro­chable. À la radio, la télé­vi­sion, dans les romans et les jour­naux même, chaque jour nous subis­sions des phrases gram­ma­ti­ca­le­ment ban­cales et autres expres­sions ou liai­sons “mal­ta­pro­pos”. Sans aller pio­cher dans les inven­tions sty­lis­tiques par­fois cocasses de nos chers spor­tifs, il faut bien avouer que notre langue est quo­ti­dien­ne­ment mal­me­née, y com­pris par nous-mêmes. Que celui qui ne s’est jamais posé l’une des ques­tions sui­vantes me jette la pre­mière pierre : dit-on « cour­batu » ou « cour­ba­turé » ? « c’est cela dont il s’agit » ou « c’est de cela dont il s’agit » ? « elle a l’air malin » ou « elle a l’air maligne » ? « pal­lier quelque chose » ou « pal­lier à quelque chose » ?; écrit-on « vive les vacances » ou « vivent les vacances » ?

L’Aca­dé­mie fran­çaise, consciente des dif­fi­cul­tés que recèle notre belle langue, a eu la bonne idée de lan­cer, voici trois ans, un site dédié à ce genre de ques­tions. Sur http://www.academie-francaise.fr/dire-ne-pas-dire, les inter­nautes peuvent déjà trou­ver des réponses et des expli­ca­tions claires sur ces emplois sou­vent fau­tifs des verbes ou expres­sions plus ou moins cou­rants. La bonne idée, ce sont les édi­tions Phi­lippe Rey, ainsi que deux de nos sages par ailleurs membres de la Com­mis­sion du dic­tion­naire, Yves Pou­li­quen et Domi­nique Fer­nan­dez, qui l’ont eue en publiant ce flo­ri­lège d’environ deux cent entrées – inter­fé­rences du voca­bu­laire tech­nique sur notre usage quo­ti­dien, angli­cismes et autres bar­ba­rismes, tics de lan­gage et même l’origine de quelques expres­sions.
Un ouvrage inté­res­sant et ins­truc­tif à plu­sieurs niveaux, tant dans son aspect pure­ment pra­tique (que les poli­ti­ciens et jour­na­listes n’hésitent pas à le com­pul­ser) que par son côté péda­go­gique. Son for­mat à peine plus grand qu’un poche le rend facile à gar­der sur soi, afin de pou­voir le consul­ter au moindre doute. La langue fran­çaise s’appauvrit, nous martèle-t-on, eh bien je serais pour ma part assez d’accord pour essayer de réin­cor­po­rer dans notre usage quo­ti­dien des mots tom­bés en désué­tude ou pas­sés de mode. Plus on est de fous…

agathe de lastyns

Domi­nique Fer­nan­dez & Yves Pou­li­quen, Dire, Ne pas dire – du bon usage de la langue fran­çaise, Phi­lippe Rey, sep­tembre 2014, 192 p. – 12,00 €

Leave a Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>