Stephen Desberg et Griffo — Golden Dogs , t.1 : “Fanny”

Une série à suivre

La réus­site, à de rares excep­tion près, est l’apanage d’un groupe d’individus qui ont su mutua­li­ser leurs com­pé­tences, leurs dons, leurs capa­ci­tés. C’est ce que James Orwood a bien com­pris. Il veut appli­quer le prin­cipe cher à Robin des bois : prendre aux riches pour don­ner aux pauvres. Sauf qu’il n’a pas l’intention d’appliquer la seconde par­tie du pré­cepte.
Dans le Londres de 1820, il va s’entourer de Fanny, une pros­ti­tuée qui a eu maille à par­tir avec les Black Birds, une bande d’affreux spé­cia­li­sés dans l’attaque de dili­gences. Il recrute Lario, un Ita­lien qui a dû quit­ter pré­ci­pi­tam­ment la cité des Doges pour cause d’assassinats. Il uti­lise ses nou­veaux asso­ciés pour déli­vrer Lucrèce qui fai­sait par­tie d’un convoi de condam­nées à l’exil. À son groupe, il donne le nom de Gol­den Dogs, en réfé­rence aux chiens qui peuvent valoir leur pesant d’or. Si les pre­miers vols rap­portent peu, ils per­mettent d’affiner leur mode opé­ra­toire en fonc­tion de la situa­tion et des capa­ci­tés de cha­cun. Ils prennent confiance et se lancent dans des affaires plus consé­quentes. Mais, trop de confiance en soi engendre…

Londres, au début du 19e siècle, avec ses quar­tiers mal­fa­més repré­sente le cadre idéal pour une his­toire de grand ban­di­tisme. Dans ce pre­mier tome, Ste­phen Des­berg consacre une large part à la consti­tu­tion du groupe, à la décou­verte du passé de la jolie Fanny, et aux pre­miers vols avec la mise en har­mo­nie de leurs modes opé­ra­toires. Mais, dès le début, le scé­na­riste intro­duit le ver dans le fruit en pré­ve­nant qu’un traître se cache dans ce groupe. Dès lors, chaque mou­ve­ment, chaque action d’un membre est sujet à sus­pi­cion. L’auteur intro­duit un rythme musi­cal par le biais du chef de bande qui assi­mile leur métho­do­lo­gie à la mise en œuvre de la musique, cha­cun repré­sen­tant un ins­tru­ment.
Le duo des créa­teurs des pre­miers tomes d’Empire USA et de Sher­man est recons­ti­tué puisque c’est Griffo qui assure le des­sin. La mise en cou­leurs est réa­li­sée par Roberto Bur­gaz­zoli et Bau­tista. Griffo, comme à son habi­tude, assure un des­sin de qua­lité, met­tant en valeur le cadre choisi avec beau­coup de savoir-faire.

Un pre­mier tome attrac­tif avec des élé­ments d’une his­toire à sus­pense dans un cadre his­to­rique où se mêlent une enquête poli­cière, une fresque sociale et un thril­ler psychologique.

serge per­raud

Ste­phen Des­berg (scé­na­rio), Griffo (des­sin), Roberto Bur­gaz­zoli et Bau­tista (cou­leurs), Gol­den Dogs, Tome 1 : “Fanny”, le Lom­bard, jan­vier 2014, 56 p. – 14,45 €.

Leave a Comment

Filed under Bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>