Le voyage en Tunisie, 1914 – Paul Klee, August Macke, Louis Moilliet

Paul Klee : le tour­nant tuni­sien et la cho­séité de la peinture

En 1914, Paul Klee, August Macke et Louis Moilliet entament un séjour de deux semaines en Tuni­sie. Cela peut paraître bref : or ce périple est devenu mythique dans l’art du XXème siècle. Le ravis­se­ment magh­ré­bin tisse chez cha­cun des trois artistes un réseau incarné, sin­gu­lier, très sub­jec­tif qui les laisse libre d’exercer « à leur main » leur défor­ma­tion ima­gi­naire. En ce sens, ces œuvres pour­raient résis­ter aux expli­ca­tions puisque les artistes ont « juste » eut une envie irré­pres­sible de pro­duire, de réa­li­ser ce qui les ren­daient heu­reux en affir­mant leur iden­tité. Macke sera expli­cite sur ce point. Dans une lettre à Bern­hard Koeh­ler, il défi­nit le périple comme « d’un inté­rêt colos­sal (…) je me sens comme un tau­reau qui quitte d’un bond l’obscurité de son box pour se retrou­ver dans l’arène en liesse ».
Néan­moins, la pein­ture va s’en trou­ver retour­née. D’où l’importance de l’exposition de Berne et du livre qui l’accompagne. Les contri­bu­tions cri­tiques pré­cisent le rôle de ce voyage à la lumière des recherches les plus récentes. Il regroupe aussi des docu­ments essen­tiels : le jour­nal « de voyage » de Klee, la cor­res­pon­dance tuni­sienne des artistes, les pho­tos de Macke et les œuvres créées pen­dant ce séjour où les trois amis tra­vaillèrent sur les mêmes motifs en dis­cu­tant de leurs approches. Celles de Klee en forment le cor­pus le plus important.

Le peintre découvre une nou­velle source d’inspiration pour ses inven­tions archi­tec­tu­rales et pic­tu­rales à tra­vers les mosaïques de Kai­rouan comme par les murs vieillis et par­fois décré­pis par les intem­pé­ries que l’artiste méta­mor­phose en par­che­mins de grif­fures, en papiers gre­vés de moi­sis­sures. Klee trouve aussi un élar­gis­se­ment de sa tech­nique, un recours à de nou­velles matières (plâtre, craie, sable) ou sup­port (le tex­tile). Klee va enfin atteindre ce qui « man­quait » jusque là à son tra­vail : une maté­ria­li­sa­tion qui dépasse une dimen­sion pure­ment visuelle. Il atteint ainsi ce que Beckett deman­dera plus tard à la pein­ture : « non la chose mais la choséité ».

jean-paul gavard-perret

Le voyage en Tuni­sie, 1914 – Paul Klee, August Macke, Louis Moilliet , Expo­si­tion Zen­trum Paul Klee Berne, du 14 mars au 22 juin.
Cata­logue Zen­trum Paul Klee Berne et Hatje Cantz, Ost­fil­den, 336 p. –29,00 € 

2 Comments

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Beaux livres

2 Responses to Le voyage en Tunisie, 1914 – Paul Klee, August Macke, Louis Moilliet

  1. Villeneuve

    Bravo , bravi cher Pauli , pour ce voyage en Tuni­sie qui est un brin de ma vie et beau­coup de celle d’un immense Paul KLEE et son August(e) ami !

  2. Matthias Müller-Prove

    August Macke. Augen­blick. All photo and seve­ral sketches and water color images by August Macke from the voyage to Tunisia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>