Prix du Livre d’Art 2007 décerné à l’occasion du lancement officiel du Mai du Livre d’Art

Deux prix et deux men­tions spé­ciales — soit quatre ouvrages dis­tin­gués parmi les qua­rante que com­porte la sélec­tion 2007…

Cette année, le Mai du Livre d’Art avait choisi de s’associer à la toute jeune Cité de l’architecture et du Patri­moine — ouverte au public en mars der­nier — pour le lan­ce­ment offi­ciel de sa dix-neuvième édi­tion. La soi­rée se déroula au hui­tième étage de la Cité dans “’l’espace par­te­naires” : au som­met, donc, comme pour sym­bo­li­ser les inten­tions ambi­tieuses du Mai et de la Cité. Ce qui valut aux invi­tés le pri­vi­lège de contem­pler l’une des plus belles vues pano­ra­miques de Paris…

Ainsi que le sou­li­gna Fran­çois de Mazières, le pré­sident de la Cité, lors de son allo­cu­tion inau­gu­rale, ce haut lieu dédié au patri­moine archi­tec­tu­ral fran­çais était l’hôte natu­rel d’une mani­fes­ta­tion hono­rant les livres d’art — d’abord à cause de leur voca­tion com­mune à assu­rer la péren­nité d’une mémoire, et aussi parce que les “beaux-livres” sont les com­pa­gnons atten­dus de l’architecture : la monu­men­ta­lité de la plu­part d’entre eux signe de par­faites accor­dailles avec les édi­fices de tous ordres et, plus lar­ge­ment, avec tout ce qui res­sosr­tit à l’urbanisme. D’ailleurs, la sélec­tion 2007 com­porte pas moins de neuf ouvrages trai­tant, de près ou de loin, de sujets tou­chant à l’architecture, à l’habitat ou aux monu­ments his­to­riques : 
– Jean-Michel Leniaud, Vingt siècles d’architecture reli­gieuse en France (SCEREN-CNDP)
Airs de Paris, ouvrage col­lec­tif publié sous la direc­tion de Chris­tine Macel et Valé­rie Guillaume (Centre Pom­pi­dou)
– Alain Blon­del et Laurent Sully-Jaulmes, Un siècle passe… 50 photos-constats (Domi­nique Carré édi­teur)
La Gale­rie des glaces. De sa créa­tion à sa res­tau­ra­tion, ouvrage col­lec­tif (Faton)
– Bruno Suet (pho­tos) & Cathe­rine Schid­losvky (texte), Jar­di­niers. Por­traits de jar­dins, por­traits de jar­di­niers (Mar­val)
– Guillaume Mon­sain­geon, Les Voyages de Vau­ban (Paren­thèses)
– Domi­nique et Jean-Philippe Len­clos, Mai­sons du monde. Cou­leurs et décors dans l’habitat tra­di­tion­nel (Le Moni­teur)
– Pierre Wachen­heim, Hoëlle Cor­vest, Le Pan­théon (édi­tions du Patri­moine coll. “Sen­si­ti­né­raire”)
– Oli­vier Godet & Benoît Fou­gei­rol, Patri­moine recon­verti : du mili­taire au civil (Scala)

Vaste et nue — à l’évidence tout juste émer­gée du branle-bas des tra­vaux d’aménagement, la pièce a accueilli ce jeudi soir une assis­tance nom­breuse que mono­po­lisa long­temps le pano­rama excep­tion­nel, valo­risé par une atmo­sphère on ne peut plus esti­vale, jusqu’à ce que soient pro­non­cées les dif­fé­rents dis­cours. Deux vastes tables, relé­guées qur les côtés, pro­po­saient des rafraî­chis­se­ments aussi variés qu’on pou­vait le sou­hai­ter et des cana­pés mêlés d’amuse-bouche dont l’aspect coloré et raf­finé lais­sait augu­rer de déli­cieuses fla­veurs. Entre ces deux sédui­sants buf­fets, un assor­ti­ment qui ne l’était pas moins : l’on avait en effet tout loi­sir de consul­ter à son gré l’intégralité des qua­rante livres sélec­tion­nés pour le Mai 2007.

Enfin, Mijo Tho­mas, pré­si­dente du groupe Art du SNE, annonça les lau­réats du Prix du Livre d’Art 2007 :
L’Atelier infini — 30 000 ans de pein­ture, de Jean-Christophe Bailly (Hazan) pour la caté­go­rie “adultes”, et Des larmes aux rires, les émo­tions et les sen­ti­ments dans l’art, de Claire d’Harcourt (Le Funambule/Le Seil) pour les livres “jeu­nesse”. Ajou­tons à cela deux “men­tions spé­ciales” des jurys* : Le Pan­théon, de Pierre Wachen­heim et Hoëlle Cor­vest (édi­tions du Patri­mone, coll. “Sen­si­ti­né­raire”) et La Grande parade de l’art, d’Olivia Barbet-Massin et Caro­line Larroche(Palette) — deux ouvrages qui, sans pou­voir pré­tendre à une label­li­sa­tion offi­cielle, ont néan­moins été dis­tin­gués et méritent donc d’être cités.

La pré­si­dente du jury “jeu­nesse” expli­qua com­bien l’originalité de la démarche de Claire d’Harcourt avait séduit les jurés, qui avaient eu d’abord quelque mal à le pré­fé­rer à La Grande parade de l’art mais qui finirent par réser­ver à ce der­nier leur men­tion spé­ciale, arguant qu’il se prê­tait davan­tage à une lec­ture fami­liale alors que Des larmes aux rires pou­vait être lu par un enfant seul. L’on ne sut rien en revanche de ce qui avait motivé les choix du jury “adulte”. Tout au plus peut-on conjec­tu­rer que le livre de Jean-Christophe Bailly a été récom­pensé pour l’habileté avec laquelle est abordé son sujet pour le moins ambi­tieux, et que la men­tion spé­ciale attri­buée à l’ouvrage de Pierre Wachen­heim et Hoëlle Cor­vest vise, par-delà le livre en lui-même, l’intention inédite et géné­reuse dont il est le fruit.
La col­lec­tion “Sen­si­ti­né­raire” à laquelle il appar­tient a été créée dans le but d’offrir à tous les défi­cients visuels la pos­si­bi­lité de décou­vrir, grâce à des “images” en relief, les volumes et les confi­gu­ra­tions des plus grands monu­ments fran­çais. Ces images tac­tiles per­mettent une expé­rience sen­si­tive directe qui ne passe plus par le seul texte, imprimé en braille ou dis­pensé par voie audi­tive. C’est une approche paraît-il unique au monde, très exi­geante en termes de fabri­ca­tion, qui s’inscrit dans la volonté affir­mée du Centre des monu­ments natio­naux d’ouvir les sites dont il a la charge à un public tou­jours plus large de per­sonnes han­di­ca­pées — une volonté qui abou­tit à des ini­tia­tives et à des amé­na­ge­ments de plus en plus nom­breux que l’on se doit de saluer et d’encourager. Signa­lons au pas­sage que dès sa page d’accueil, le site du Centre des monu­ments natio­naux pro­pose aux inter­nautes han­di­ca­pés un mini­site spé­ci­fique pré­sen­tant les monu­ments ren­dus acces­sibles à tel ou tel public ainsi que les faci­li­tés qui ont été pen­sées pour eux.

Pour clô­tu­rer cet article il convient de pré­ci­ser que le Prix du Livre d’Art est pure­ment hono­ri­fique (dixitMijo Tho­mas). Mais les lau­réats ont tout de même reçu une récom­pense maté­rielle sous la forme d’un chèque-cadeau offet par le café res­tau­rant Les édi­teurs  - 4 car­re­four de l’Odéon, 75006 Paris — qui a ainsi tenu à appor­ter son sou­tien au Mai. Un sou­tien qui ne s’arrête pas là : jusqu’au 20 mai tous les clients pour­ront en effet par­ti­ci­per à un quiz beaux-arts en répon­dant à quatre ques­tions, grâce à quoi ils auront une chance de gagner l’un des livres de la sélec­tion. Voilà qui devrait appâ­ter quelques amateurs…


*COMPOSITION DES JURYS

- Le jury “Art” :
Nicole Den­quin, biblio­thé­caire, biblio­thèque André Mal­raux
Pierre Durieu, direc­teur de la librai­rie Mazarine/Paris
Alexia Fabre, direc­trice du musée d’art contem­po­rain de Vitry Mac­Val
Claire Bar­billon, direc­trice des études à l’École du Louvre
Gene­viève Gal­lot, direc­trice de l’Institut natio­nal du patri­moine, Pré­si­dente du jury
Phi­lippe Val­let, jour­na­liste à France Info
- Le jury “jeu­nesse” :
Nic Dia­ment, direc­trice de la Joie par les livres, Pré­si­dente du jury
Sabrina Robert, libraire, librai­rie Dédale /Paris
Bruno de Saint Cha­mas, auteur
Jean-Marie Tou­ra­tier, conseiller culture du Rec­teur de Paris, délé­gué aux arts et à la culture
Lau­rence Tutello, Pré­si­dente des librai­ries Citrouille

isa­belle roche

   
 

Prix du Livre d’Art 2007 décerné à l’occasion du lan­ce­ment offi­ciel du Mai du Livre d’Art, le jeudi 3 mai 2007 à la Cité de l’Architecture et du Patri­moine — 1, place du Tro­ca­déro et du 11 Novembre — 75116 PARIS

 
     

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Beaux livres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>