Régine Nobécourt-Seidel en Camille Seinobec, Du Fol Amour à la Grâce

Volent âges

Dolente de l’ombre, l’amoureuse se veut ici belle cap­tive rêveuse. Enfin presque. Ces décla­ra­tions intem­po­relles ou non dis­tri­buent à la pas­sion du corps et du cœur une grâce cer­taine, le jour et la nuit, des sources à la mer. Son désir fou fut par­fois à l’envers Hôtel de Roissy, à Venise ou à Mel­lieha Bay — his­toire de renaître aux essences pre­mière jusqu’à deve­nir femme ailée et en ape­san­teur.
Pour une telle femme, l’écriture est mémoire mais c’est un lâcher-prise aussi pour que remontent cer­tains ivresses, par­fois sobres — mais ce ne sont pas les seules. Avec la sueur des amants, la clé du bon­heur s’ouvre par­fois. Et de gré plus que de force.

Dès lors, pour L’Effacée la vie est une fête. Et dans ce but peut suf­fire le songe d’un jour d’été ou un moment de sieste ves­pé­rale en un duel sen­ti­men­tal qui efface toute mélan­co­lie au par­fum de vanille ou de gre­na­dine. Tout se joue par­fois à la limite du visible ou du fan­tasme et c’est un par­fait délice.
Certes, existe par­fois la vanité aveugle, si bien que « cha­cun trompe l’autre Mur­mu­rant pate­nôtre » en une his­toire somme toute  banale de notre temps. Mais il existe de bels et bons fes­tins de l’amour par­ta­gés sans savoir qui ensor­celle ou mange l’autre. Mais la par­tie est gagnée. Et sur­tout, elle reste à recom­men­cer. En avance donc, pour ne jamais ces­ser : les âges importent si peu.

jean-paul gavard-perret

Régine Nobécourt-Seidel en Camille Sei­no­bec, Du Fol Amour à la Grâce, Edi­tions Constel­la­tions, Brive, juin  2024, 98 p. — 14,00 €.

Leave a Comment

Filed under Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>