Juliette Brevilliero & Julie De Sousa, Nouvelles amours

Les jeux de l’amour

Dans le pli des sur­faces de répa­ra­tion (géné­ra­le­ment de l’amour), les deux créa­trices déclenchent un nou­veau jeu de l’amour. Découpes, esquisses, cou­lées créent une nudité presque irré­vo­cable — l’adjectif est impor­tant. Juliette Bre­vil­liero et Julie De Sousa déclinent des acci­dents (par­fois drôles) des par­cours et parades amoureux.

Le noir et blanc devient ici plus jeune que vieux et pour que la vie trou­blée per­dure. Images et texte poé­tiques deviennent des téles­copes. A tra­vers eux, quelques traces perlent et parlent même lorsque la nuit hisse éven­tuel­le­ment un mur de l’intimité si haut.
Com­ment savoir qui se cache der­rière? Ou plu­tôt com­ment savoir ce qui se cache des­sous ? Les pho­tos et la poé­sie non recouvrent mais découvrent.

Les deux artistes jouent, closent et ouvrent à la fois. Elles s’y ajustent ou par­achèvent bien des moments d’aventure voire d’expérimentions enjouées où s’allonge leur écho : une évi­dence en cares­sant juste ce qu’il faut l’essence des sens.
La pers­pec­tive se creuse afin que l’horizon recule. Ce tra­vail devient le moyen d’exhiber le lieu où sont cachés les êtres, leurs attentes ou leur apai­se­ments. Pré­ludes et achè­ve­ments aux lon­gueurs variables imposent désordre, glis­se­ments. Voire l’écart, l’écartement mais jamais la déchi­rure là où tout est immo­bile et mouvant.

jean-paul gavard-perret
 
Juliette Bre­vil­liero & Julie de Sousa, Nou­velles amours, Edi­tions Alo­pex, 2024, 84 p. — 39,00 €.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Chapeau bas, Erotisme, Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>