Pierre Cendors, Vie posthume d’Edward Markham

Entrer dans La qua­trième dimension

Ecri­vain des strates et des inter­ven­tions scé­niques, l’auteur prend une autre dimen­sion avec cette vie post­hume d’un scé­na­riste qui n’a jamais vrai­ment ren­con­tré le grand cinéaste qui l’aurait rendu immor­tel. Ni Kubrick, ni Tar­kovski certes mais Pierre Cen­dors lui pro­pose film et géné­rique. Son patro­nyme n’est pas son vrai nom : « C’est un pro­mon­toire non-identitaire, un lieu inculte, sans doute un espace d’émigration inté­rieure. Je suis un mar­cheur qui s’arrête pour écrire et s’assied pour avan­cer d’un pas plus loin. Pay­sages d’origines : l’Irlande et l’Ecosse. C’est là que j’ai acquis les rudi­ments d’un art un peu oublié : l’errance éveillée » dit l’auteur. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under cinéma, Romans

Katleen Victoriano (KAT 187) : Grenoble — Los Angeles. Entretien avec l’artiste

Artiste émer­geante, sans doute une des plus douées de sa géné­ra­tion, Kat­leen Vic­to­riano est créa­trice d’instinct ‚capable de tout méta­mor­pho­ser par sa maî­trise du geste créa­teur et du regard. Elle est à l’aise avec le graf­fiti comme la pho­to­gra­phie, domine les formes et les cou­leurs. Il lui manque seule­ment l’ambition de s’imposer. D’autres bien moins doués et per­for­mants qu’elle imposent leur à peu près. Elle, laisse ses œuvres bien trop dans l’ombre. Dans son œuvre, nul ne peut dire où s’arrête la dimen­sion du monde et où com­mence celle du mythe. Elle est donc capable de créer des fables où le réel rejoint la lumière d’étoiles plus proches d’elle qu’elle ne le pense. Il lui suf­fit de lais­ser ses mains voir pour que le monde trouve une inti­mité incon­nue et poé­tique. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Entretiens

Fabienne Jacob, Un homme aborde une femme (Rentrée 2018)

Tout ce qu’il faut savoir sur l’amour quand on est une femme (ou un homme)

Fabienne Jacob sait ce que font les mots. Ce qui n’est pas for­cé­ment le cas de sa nar­ra­trice. Du moins pas tout de suite. Car il faut du temps. Sur­tout lorsqu’on vient d’être pla­quée avec le sen­ti­ment de plon­ger dans l’abîme. Certes, il faut du temps nous dit-on alors. Cela est vrai même si à l’instant « t » le schlim­blik n’avance pas d’un pouce pour la Pier­rotte d’Amour. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Romans

Leonardo Pellegatta, Il Circo

Circus major

Parcou­rant les entrailles de diverses formes d’images et de mondes sans cher­cher à en atté­nuer une cer­taine « pres­sion » (interne ou externe), Leo­nardo Pel­le­gatta pour­suit des expé­ri­men­ta­tions de visua­li­sa­tions où le réel prend — au besoin et comme ici en s’appuyant sur le motif — l’autonomie de « plans-surfaces » selon un sur­réa­lisme qui rap­pelle les temps pre­miers de l’œuvre d’un Buñuel. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Echos d'Italie / Echi dell'Italia

Les histoires d’eau de Julie Fuster : entretien avec l’artiste et écrivaine (Plus la neige tombe sur le ciment)

Julie Fus­ter conserve une âme d’enfant mais fait preuve tout autant de matu­rité. Poreuse aux autres et aux pay­sages, elle entame un long par­cours en mots et images. Refu­sant — en poé­sie comme dans ses œuvres plas­tiques — la simple nar­ra­tion, là où passe le vent elle le retourne. Elle déteint au besoin l’arête des falaises, sème des grains sur les gla­ciers et les terres dévas­tées. Sa vie se mesure à l’espace de ses dépla­ce­ments, de ses quêtes et de ses rêves. Et la créa­trice reste sen­sible à l’eau frêle des rosées comme aux vagues puis­santes de l’océan. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Entretiens, Poésie