Kirmen Uribe, L’heure de nous réveiller ensemble

Toute culture se donne comme idéal de viser le Un d’une pen­sée qui lui serait propre et qu’elle tient comme unique. Or la pen­sée unique — qu’elle soit oppri­mée par une autre ou oppres­sante dans son propre ter­ri­toire — para­lyse l’invention. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under On jette !, Romans

Phoebe Kiely, They Were My Lansdcape

Tout ce qui reste

Le livre de Phiebe Kiely repré­sente un traité poé­tique du vide et du trop-plein. Le tout sans osten­ta­tion – ce qui est un comble lorsqu’on parle d’images. Avec dans cette sorte de vide et de plé­ni­tude la dif­fi­culté de pré­ci­ser où se logent le réel et le sym­bo­lique. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

Pierre Alechinsky lauréat 2018 du Premium Imperiale for Painting

Qui de plus méri­tant pour le Pre­mium Impe­riale for Pain­ting » qu’Alechinsky ? Il crée des tra­ver­sées, de plon­geons et des remon­tées pour nous faire perdre pied, nous déles­ter et nous faire nous retrou­ver face à l’ivresse des formes vives. Bref, il ne cesse de créer des dépla­ce­ments qui lui valent aujourd’hui d’être honoré par cette dis­tinc­tion créée au Japon en 1989 et qui est consi­dé­rée comme le Prix Nobel pour les artistes. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

Clarisse Gorokhof, Casse-gueule

La nor­mo­sité

Etre à l’identique, être pareil aux autres bref ce que le psy­cha­na­lyste et musi­cien  Roland Meyer nomme « la nor­mo­sité » semblent essen­tiels. Qu’importe alors si le corps et son visage ne sont per­çus que comme condi­ment, parure, matière à pétrir. Mais quand une telle image défaille, les « choses » déraillent. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Romans

Doug Headline & Massimo Semerano, Midi-Minuit

Une ode, sous haute ten­sion, au cinéma Bis italien !

Le cinéma Bis, ce cinéma long­temps décrié à pour­tant fait les beaux jours de nombre de salles de cinéma et le bon­heur d’amateurs. Dans ce genre, nombre de films ont, au mieux, été igno­rés ou des­cen­dus en flammes par les tenants d’un cinéma plus “éli­tiste”. Cer­taines de ces réa­li­sa­tions sont aujourd’hui deve­nues des réfé­rences. Il suf­fit, pour s’en convaincre, de voir com­ment Les Ton­tons flin­gueurs sont encen­sés, alors que ce film a fait l’objet de pro­jec­tions confi­den­tielles pen­dant des années. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Bande dessinée