Anna Ekberg, La femme secrète

Une intrigue magis­trale qui déjoue toutes les attentes

Anna Ekberg est le pseu­do­nyme de deux roman­ciers danois, Anders Røn­now Klar­lund et Jacob Wein­reich. Ils écrivent éga­le­ment sous le pseu­do­nyme d’A.- J. Kazinski. Deux de leurs romans ont été publiés chez JC Lat­tès : Le Der­nier homme bon et Le som­meil et la mort. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Pôle noir / Thriller

Danièle Momont & Anne-Sophie Tschiegg, Dans ma nuque

Point sur la cour­bure du monde

L’amour c’est un rêve. Celui d’un échange, d’un souffle, d’un dres­sage du plai­sir entre deux femmes entraî­nées vers la der­nière hébé­tude dans les plis du cœur et du corps. L’amour c’est  «  sou­hai­ter une motte à mes reins — elle me chauf­fe­rait comme un fer. et c’est contre mon cou déjà son souffle acca­blé de gros seins car je veux la fille grosse, très, j’en veux une adi­peuse et royale, qui bouilli­rait dans ma nuque avec assez de chair, de régal ». Il faut en effet de la ron­deur pour nim­ber celle qui s’exalte à l’idée d’une gorge offerte et d’une forge pour accom­plir le  tout-venant, c’est-à-dire  l’autre en elle. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Erotisme, Poésie

Les Cahiers de Tinbad, n° 4

Les cahiers de Tin­bad prennent le relais des grandes revues du passé – on pense à Change, TXT ou Tel Quel. D’autant qu’à coté de nom­breux textes de jeunes auteurs, la revue offre le pre­mier dos­sier impor­tant sur l’œuvre majeure de Phi­lippe Jaf­feux. Il est com­plété — entre autres — par deux textes sur Marc Pier­ret récem­ment dis­paru et un dos­sier sur Pierre Rot­ten­berg qui demeure un auteur scan­da­leu­se­ment méconnu.

Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Poésie

Carole Carcillo Mesrobian & Jean Attali, Le sursis en conséquence

Surseoir au pourchas

«Être ou ne pas être », telle est tou­jours la ques­tion : mais Carole Car­cillo Mes­ro­bian ne se contente pas d’une oppo­si­tion trop sim­pliste et pla­te­ment car­té­sienne. Ce qui per­met ici au dis­cours de se pour­suivre tient à un autre flux du dis­cours et de sa logique sur la cour­bure du monde. D’où un dédou­ble­ment pre­mier et en des­sous du visible : « tu es le désert au nord / Et moi la dune sous la gelée ». Si bien que mère la mort en perd sa cré­celle. Conti­nue rea­ding

1 Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Chapeau bas, Poésie

Marie-Laure Dagoit, La lumière devant moi

L’éro­tisme est une pudeur

Il existe dans l’œuvre de Marie-Laure Dagoit un rap­port au temps, à son urgence. Hors tra­vail d’édition, pas ques­tion pour elle de se lan­cer dans un tra­vail de longue haleine. Elle n’a pas le temps d’organiser sa vie par rap­port à l’écriture sur un temps long, d’entrer dans un pro­ces­sus de régu­la­tion ryth­mée du temps de tra­vail. Elle accu­mule sans doute des notes, des textes courts. Où elle se montre/cache, joue avec les sté­réo­types et les fan­tasmes sans savoir exac­te­ment où elle va au départ. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Erotisme, Poésie