Guillaume Payen, Martin Heidegger. Catholicisme, révolution, nazisme

Heideg­ger l’Apostat

Ecrire une bio­gra­phie d’un phi­lo­sophe en ana­ly­sant sa pen­sée tout en res­tant com­pré­hen­sible pour les ama­teurs d’histoire est un défi, sur­tout avec une phi­lo­so­phie comme celle d’Heidegger dont l’accès n’est pas des plus faciles… Guillaume Payen y parvient-il dans le monu­men­tal tra­vail qu’il signe chez Per­rin ? La lon­gueur de l’étude (près de 700 pages) comme le sujet peuvent rebu­ter le plus décidé des lec­teurs. Pour ma part, étant his­to­rien et non phi­lo­sophe, je l’ai ouvert avec angoisse… Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies

Laurent Grison & Nathan R. Grison, Anacoluthe

 Un noir bun­ker entre éclat et fulguration

Avec Ana­co­luthe, le pho­to­graphe et le poète pro­posent une œuvre “en repons” : à la magie des mots fait écho celle des lignes, des formes, des volumes et des lieux. Tout devient signe pour “contour­ner l’éphémère”, comme l’écrit Laurent Gri­son. Voûtes, blocs, cryptes, gale­ries sou­ter­raines ou à ciel ouvert, esca­liers, pas­se­relles — en leur confron­ta­tion au poème com­pa­gnon de leur pré­sence — jouent du contre­point, fer­raillent “au royaume des contraires “, là où tout demeure à l’état de vide et de déré­lic­tion dans le “pas du pas” cher à Blan­chot. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Poésie

Le beau est toujours bizarre” (Baudelaire) : entretien avec l’artiste hollandaise Justine Tjallinks

Influen­cée entre autres par Tim Wal­ker (son com­pa­gnon), Jus­tine Tjal­links , à 31 ans, a déjà trouvé son lan­gage pho­to­gra­phique. Elle joue avec la lumière sans cher­cher à imi­ter des styles. L’artiste met les appa­rences en porte à faux à tra­vers des images de rêve de durée illi­mi­tée en s’emparant au besoin des ano­ma­lies natu­relles (l’albinisme par exemple). En découle un monde étrange où tout ce qui s’est en allé dans le temps semble reve­nir. Fin et com­men­ce­ment, dehors et dedans coexistent, comme super­po­sés et pré­sents dans une même vibra­tion. Tout semble com­men­cer ou recom­men­cer. L’intime est par­fois blanc et presque nu mais par­fois aussi une dis­crète mons­truo­sité iro­nique le sou­ligne comme si l’artiste entre­te­nait avec son tra­vail une immense véné­ra­tion et une for­mi­dable déri­sion. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Entretiens, Erotisme

Andoche Praudel, Absalon – Treize histoire de bêtes

Histoires pas bêtes

« On ne peut être une bête brute sans un atome de méchan­ceté » : ce qui n’est pas le cas des ani­maux. Entre autres, les rumi­nants : « ils observent aussi bien à l’horizontale qu’à la ver­ti­cale. Les pas­sant n’ont pas de mys­tère pour les vaches, les chèvres ni les mou­tons – pour les girafes non plus » pré­cise Andoche Prau­del le « canard trouvé », comme le héros d’une de ses his­toires. Mais l’auteur ne can­cane pas pour rien même s’il feint le contraire. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Poésie

Nadine Agostini, La doll

Doll­cis­sima

Nadine Agos­tini pro­pose un exer­cice de bien « séance » au sens pre­mier du terme. La nar­ra­trice se fait renarde. L’homme n’a qu’à filer doux même si sa doll semble des plus obéis­santes et patientes : « il revient avec un fau­teuil il y pose un cous­sin il y assoit la doll ». Mais la séance risque de s’éterniser. L’héroïne ne s’en sou­cie guère cepen­dant et ne s’en offusque pas plus. Elle ne demande rien, n’attend rien. Enfin presque. Répond aux injonc­tions du mâle. Mais reste apha­sique. Seule sa voix inté­rieure résonne. For­te­ment. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Erotisme, Poésie