Tamina Beausoleil, Exposition

Les ani­ma­mours de Tamina la Sagesse

Chaque sil­houette de Tamina Beau­so­leil devient une souche phal­li­que­ment indif­fé­rente mais non insen­sible au « même ». Hôte de ses bois et en rien oie blanche, elle fait des des­sins des pro­diges qui ouvrent sur des mondes inté­rieurs moins abs­cons que ceux des méta­phy­si­chiens. Chez elle, les intes­tins écha­faudent des struc­tures aussi impres­sion­nantes que drôles. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

Jacques Henric, Boxe

Droit dedans

Le livre d’Henric com­mence fort et sans bla­bla : « Photo datée du 6 juin 2013, 17 h 40. Cour de la Fabrique. L’homme est pris de dos. Il se dirige vers la porte cochère ouvrant sur la rue de Reuilly. Une masse impres­sion­nante. Sous la che­mise de lin blanche, on devine un corps d’une puis­sance inha­bi­tuelle ». Déjà le Boxeur Jean-Marc Mor­meck (« The Marks­man ») est sur le ring. L’auteur aussi. Ou presque : « je me vois déjà en Nor­man Mai­ler, au bord du ring, car­net de notes à la main ». Mais il ne s’agit pas d’une simple hagio­gra­phie. Hen­ric est pré­sent non seule­ment comme « écri­vant » mais acteur de Boxe. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Chapeau bas, Non classé

Gérard Rancinan, Les baisers (exposition)

Les fée­ries gla­cées de Gérard Rancinan

Gérard Ran­ci­nan remet en cause la ques­tion du por­trait, du tableau de groupe et de l’identité par un tra­vail de fond à tra­vers des “occur­rences” iro­niques, lyriques et sou­vent déri­soi­re­ment gran­dioses. Elles prouvent com­bien — dans une pers­pec­tive qui n’est pas sans rap­pe­ler par­fois celle de Frida Kalho — le monde à tra­vers la mytho­lo­gie (du temps ou plus « immor­telle ») à la fois “s’envisage” et se “dévi­sage”. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

Pascal Quignard, Les larmes — Rentrée 2016.

Ceci n’est pas un titre

Sous une his­toire de faux jumeaux his­to­riques à l’identité heu­reuse mais que tout oppose, Qui­gnard n’éprouve aucune appar­te­nance de ter­ri­toire (à ce titre il n’est guère « Gau­lois »…) sinon à celui de la langue qui  l’intéresse : la fran­çaise. Dès lors, son choix est fait : il prend parti pour le jumeau à la recherche de la langue au détri­ment de celui qui va à la ren­contre de « La femme ». Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Poésie, Romans

Le théâtre intime de Maria Guta : entretien avec l’artiste

Maria Guta scé­na­rise les femmes avec humour et fan­tas­ma­go­ries. Elle s’offre le luxe de jouer avec leur pré­sence en la trans­for­mant en “arti­fice”. Quant à l’homme, il est écarté tel un témoin « off » des pres­ta­tions de la créa­trice. A tra­vers des pos­tures incar­nées, la pho­to­gra­phie devient la fic­tion d’une pré­sence qui sub­ti­lise le désir des hommes par celui des femmes. Pas ques­tion de déro­ber les pen­sées de ces der­nières mais il s’agit juste de les uti­li­ser en jouant l’extase de la luci­dité ou de l’illusion. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Entretiens, Erotisme