Nobel, la cerimonia di assegnazione: standing ovation per Dylan assente, Patti Smith canta e si commuove

Echi dell’Italia / Echos d’Italie

Nobel, la ceri­mo­nia di asse­gna­zione: stan­ding ova­tion per Dylan assente, Patti Smith canta e si commuove

Il Mes­sa­gero, Sabato 10 Dicembre 2016

Una stan­ding ova­tion per Bob Dylan nel tea­tro dei Nobel a Stoc­colma. Il can­tau­tore non era pre­sente, ma ha rice­vuto una valanga di elogi nella cita­zione per il pre­mio per la Let­te­ra­tura attri­buito per la sua poe­sia in musica. Uno per tutti: «Era come l’Oracolo di Delfi che legge le eve­ning news». Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, BREVES

Véronique Bergen, Janis Joplin

Janis Joplin : la blanche et le noir

Ombre à vif et  écor­chée du Flo­wer Power, entre désar­roi et volonté, Janis Joplin a atteint avec son inter­pré­ta­tion du stan­dard « Sum­mer­time » le som­met de son écor­chure. Pour Véro­nique Ber­gen, tout est parti de cette chan­son. Plus tard, les souf­frances opia­cées ont eu rai­son du « Peace and love » de l’époque en effer­ves­cence. La chan­teuse fut por­tée vers les exclus comme vers l’explosion de liberté qui la consuma. Après les bio­gra­phies dégin­gan­dées d’autres créa­teurs et créa­trices, l’écrivaine belge Véro­nique Ber­gen conti­nue à par­ler l’interdit, l’empêchement, la contre-culture, le psy­ché­dé­lisme en dehors de toute nos­tal­gie du rêve hip­pie et des 60’. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Poésie

Les choix de Gisèle Didi — entretien avec la photographe

Le tra­vail de Gisèle Didi réin­vente l’intime. Un cou­rant sourd avance avec ses remous dans le ruis­sel­le­ment du corps. Les fron­tières se délitent dou­ce­ment entre ce qui devrait être cer­tain et ce qui est visuel­le­ment per­mis… Par­fois avec un « regard caméra », ce terme qui désigne le fait qu’un per­son­nage regarde en direc­tion de l’objectif et le fixe. Par lui, l’artiste per­met de pré­ser­ver le réa­lisme de la nar­ra­tion et « contre per­mettre » un réa­lisme d’une toute autre nature : celui d’un dia­logue. C’est le nœud du pro­blème en termes de fond. Il est mis en ten­sion par la forme. Mais un tel dia­logue n’a rien de la rigi­dité qu’impose tra­di­tion­nel­le­ment le lan­gage à tra­vers la parole. L’artiste est plus fidèle aux signes du corps. C’est bien cette confiance dont il est ques­tion dans les choix de Gisèle. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Entretiens, Erotisme

Corrado Ricci, L’art des enfants

Aux sources des avant-gardes

Les éditions Ligeia per­mettent de sor­tir de l’ombre un livre et un auteur peu connus en France : L’art des enfants de Cor­rado Ricci. A cela une rai­son majeure : Cor­rado Ricci fut un com­pa­gnon de route du Futu­risme. En France, le mou­ve­ment fut plus ou moins occulté des pay­sages lit­té­raire et artis­tique au pro­fit du Sur­réa­lisme qui fut pour­tant son débi­teur. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Essais / Documents / Biographies

Un goût de liberté : entretien avec l’artiste Nea Borgel

Nea Borgel (photo : Théo Delil) a encore des peurs, mais niveau roman­tisme elle ne craint plus rien. Elle le décline néan­moins loin des che­mins bat­tus d’un lyrisme illu­soire. Il existe des bri­sures mais les corps se donnent. Sachant que la vie est pré­caire, l’artiste ne cache rien d’Eros et de Tha­na­tos. D’où l’importance de la peau contre la peau, de la chair contre la chair car la mort vien­dra bien assez vite. Bref, les images disent le plai­sir, l’amour. Et Nea Bor­gel met les corps en exergue. Par­fois, elle fait mon­ter sur le pont d’un bateau ivre où la vie s’insurge, se fait inso­lente. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Entretiens, Erotisme