Clive Cussler & Jack de Brul, Jungle

De l’action !

Pendant son périple en Chine, Marco Polo a assisté au siège d’une for­te­resse et décou­vert deux armes éton­nantes. Elles sont tel­le­ment extra­or­di­naires que Rus­ti­chello de Pise, qui écrit ses récits pen­dant leur empri­son­ne­ment à Gênes, n’a pas osé les inté­grer dans Le Devi­se­ment du monde. Ces notes ont été retrou­vées par un obs­cur confé­ren­cier. Celui-ci en parle tant et si bien qu’il attire l’attention d’individus qui l’enlèvent. Son cadavre, tor­turé, est retrouvé et les notes ont dis­paru de chez leur pro­prié­taire. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Romans

Tom Rob Smith, La Ferme

Quand la rai­son s’égare

Daniel, 29 ans, vit à Londres, loin de ses parents qui ont vendu leur pépi­nière anglaise pour s’installer dans une vieille ferme per­due dans la cam­pagne Sué­doise. Sa mère d’origine sué­doise a ainsi voulu renouer avec ses racines, et cela ne dérange pas tant que cela Daniel, qui a tou­jours tenu sa vie et son orien­ta­tion sexuelle secrète. Un matin, son quo­ti­dien pai­sible bas­cule, lorsqu’il reçoit un coup de fil de son père très inquiet au sujet de l’état men­tal de son épouse. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Romans

Frank Smith, Surplis

De l’amour

Ecrire à quelqu’un « je pense à toi » cache bien des équi­voques. Des mal­en­ten­dus se dressent au sein même de l’espace de pas­sage entre l’émission et la récep­tion du mes­sage. Pour le prou­ver dans une série de com­po­sites mul­tiples (signes, traces, preuves, indices, legs), Frank Smith dresse ce qu’il nomme un « livre-plateau » où chaque pen­sée vers l’autre porte au bord d’un pré­ci­pice : le mes­sage peut se perdre, errer, brû­ler ou être brûlé. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Poésie

Angélica Liddell, You Are My Destiny (Lo stupro di Lucrezia)

Une magni­fique explo­ra­tion de la souf­france, de la parenté étroite du déchu et du sacré

Cela com­mence comme un brame, le long cri d’un cor modulé, presque étran­glé. Fait suite un témoi­gnage, sur le ton d’une confi­dence tra­gique, puis la scène s’ouvre sur un grand espace au sol rouge, sur­monté d’une tri­bune ; l’ensemble prend d’emblée un aspect solen­nel. S’installe une cho­ré­gra­phie avec des enfants, les­quels jouent un rôle qui se nour­rit de leur ambigüité, riche d’indéterminations. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Théâtre

Valérie Linder, Une lettre d’amour

Les récits plas­tiques de Valérie

Valé­rie Lin­der aime brouiller les pistes. Dans ce but, elle crée des « col­lages phy­siques » entre l’image et le mot afin que le récit soit une fameuse idée qu’elle exa­gère en inven­tant divers hia­tus dans les figu­ra­tions qu’elle y intro­duit. Si bien que, dans une telle lettre d’amour qui ne “s’écrit” pas vrai­ment, il ne s’agit plus de faire prendre des ves­sies pour des lan­ternes. Le “corps objet” prend un sens par­ti­cu­lier par fouille et reprise et hors de rai­sons cathar­tiques, morales, psy­cho­lo­giques. L’artiste s’amuse avec les images mais afin qu’elles res­tent gra­vées dans notre mémoire par des construc­tions men­tales sus­cep­tibles de cas­ser les iden­ti­tés fan­tas­ma­tiques. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Erotisme, Poésie