Ludovic Degroote, La Digue

Ce qui suit son cours

C’est par la forme frag­men­tée de courts blocs, pans et bouts que ce livre tient. Il retient par la liai­son qu’il fait entre expé­rience du corps mar­chant dans un pay­sage  et l’expérience inté­rieure de la quête de soi. Les mots sont simples pour décrire une médi­ta­tion rare. La « digue » devient le seul pay­sage où un homme marche, comme un per­son­nage de Gia­co­metti, et pour se fati­guer lui-même. Nulle rêve­rie : le lieu est vide comme la vie qui cherche son sens. « L’œil s’use, les choses n’absorbent pas ». Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Poésie

Vincent Almendros, Faire mouche

Que la mon­tagne est laide

Dans ce car­net de retour au pays natal, la mon­tagne — entre autres — est une garce. Elle au moins n’y est pour rien. Ce qui n’est pas le cas de la famille où le fils plus ou moins pro­digue, de retour 20 ans après, est salué d’un simple « tiens,  voilà un reve­nant » par une mère en rien aimante, empoi­son­neuse à ses moments per­dus et experte dans la pré­pa­ra­tion du lapin. Elle l’est autant que l’auteur lorsqu’il la décrit devant ses four­neaux de Saint-Fourneau en un mor­ceau de bra­voure, râble épique d’une telle fic­tion où per­sonne ne semble craindre le regard de Dieu au sein de tri­bu­la­tions amères et drôles. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Romans

Pierre Branda, La saga des Bonaparte. Du XVIIIe à nos jours

Les Bona­parte parmi les grands

Les Bona­parte sont-ils des par­ve­nus dans le monde des têtes cou­ron­nées ? On l’a sou­vent dit, pensé, à l’époque de leur gloire comme aujourd’hui. Le livre de Pierre Branda per­met de faire le point sur la place de la famille de Napo­léon – car est-elle autre chose ? – sur l’échiquier euro­péen. Il en res­sort un tableau très contrasté. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies

John Berger, Comprendre une photographie

Le désordre manquant

John Ber­ger, plu­tôt que de par­ler de pho­to­gra­phie, pense avec elle. Et l’auteur de pré­ci­ser : « Nous consi­dé­rons les pho­to­gra­phies comme des œuvres d’art, comme la preuve d’une vérité par­ti­cu­lière, comme des res­sem­blances, comme des infor­ma­tions. Toute pho­to­gra­phie est en réa­lité un moyen d’examiner, de confir­mer et de construire une vue glo­bale de la réa­lité. D’où le rôle cru­cial de la pho­to­gra­phie dans la lutte idéo­lo­gique. D’où la néces­sité pour nous de com­prendre une arme que nous pou­vons uti­li­ser et qui peut être uti­li­sée contre nous. » Les occa­sions ne manquent pas dans ce der­nier cas : à com­men­cer par une pra­tique des prises comme l’humiliation incons­ciente voir un volon­ta­risme du for­tuit et de l’imprévisible. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Poésie

Robert Bryndza, La Fille sous la glace

La Belle à l’étang dormant 

L’hiver réserve une sur­prise des plus sor­dides à la police lon­do­nienne, quand le corps d’une jeune fille est retrouvé dans un parc de ban­lieue. Une mort d’autant plus étrange que le corps est pris dans la glace. Les traits de la belle Andrea, jet-setteuse bien connue, sont figés pour l’éternité, sans révé­ler quoique ce soit comme indices. L’enquête est confiée à l’inspectrice Erika Fos­ter, fraî­che­ment mutée à Londres, après avoir perdu son époux lors d’une mis­sion dif­fi­cile. Erika se heurte rapi­de­ment au pro­to­cole, car Andrea était la fille de Lord Douglas-Brown, un riche homme d’affaires très en vue du gou­ver­ne­ment. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Pôle noir / Thriller