Luigi Di Ruscio, Christs pulvérisés

Clouer le réel

Auto­di­dacte total mais béné­fi­ciant de l’appui du poète Sal­va­tore Qua­si­modo, Luigi di Rus­cio est une sorte de voyou lit­té­raire qui se moque de la langue et la mal­traite dans sa rage de vivre et de dire. Natif des Marches, fils de pro­lé­taires, il vit d’abord de petits métiers. Il publie à 23 ans son pre­mier recueil où il pleure la mort de Sta­line… Nul n’est par­fait et il est com­mu­niste depuis l’âge de 15 ans. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Echos d'Italie / Echi dell'Italia, Essais / Documents / Biographies

L’Epée, Diabolique

L’Epée : ardente et diabolique

La comé­dienne chan­teuse A avait décou­vert les Limiña­nas dans une série TV. Elle décida de les ren­con­trer au moment de l’enregistrement de leur « Sha­dow People » et fut invi­tée à chan­ter sur le titre épo­nyme. Ensemble, ils se mettent à tra­vailler sur ce qui au départ devait être un album solo d’Emmanuelle avec des textes de Lio­nel et de l’écrivain-artiste Ber­trand Belin. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

Darren Bryte, Angry t. 2 : “Renouveau”

Une belle hésitation

Suite atten­due d’un pre­mier volet dont a dit tout le bien que l’on en pen­sait au litteraire.com, Angry nous revient avec un second tome afin de clore la course contre la montre enga­gée par les évé­ne­ments sur­ve­nus quelques mois plus tôt dans la petite bour­gade d’Edmond dans l’Etat de New-York. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Science-fiction/ Fantastique etc.

Hervé Rabot, Les petites ostentations

Trans­for­ma­tions des élé­ments linguistiques

Les pho­to­gra­phies de nu de Hervé Rabot ne se veulent pas de genre mais d’attribut. Celui d’une divi­nité à tra­vers laquelle l’auteur et pho­to­graphe cherche moins une vision d’après nature que l’objet d’une onto­lo­gie de la rela­tion du modèle avec l’artiste lui-même. Conti­nue rea­ding

1 Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Erotisme, Poésie

Julien Boutreux, Cinquante vues du Serpentaire

En avant, doute !

Au besoin, Julien Bou­treux n’hésite pas à jouer les titans et ce, dans le monde pre­mier où jadis “l’humanité essaima dans les galaxies du Ser­pen­taire”. Et plus exac­te­ment sur “une grosse pla­nète jaune et froide”. Pour autant, l’auteur ne se veut pas le chef de file de cette colo­nie péni­ten­tiaire. Il est presque le din­don de sa farce fris­son­nante — d’autant qu’on craint pour sa peau. Sur­tout si l’on a un peu de com­pas­sion pour les écri­vains. Conti­nue rea­ding

1 Comment

Filed under Poésie, Science-fiction/ Fantastique etc.