Aurélien Ducoudray & François Ravard, Mort aux vaches

Un bel hom­mage aux polars noirs

Dans ce huis clos, le scé­na­riste affine les rela­tions entre des indi­vi­dus que seul ras­semble et réunit l’appât du gain. Il mêle dif­fé­rents sujets qui s’intègrent par­fai­te­ment dans le pay­sage rural comme l’exode des filles, com­pensé en par­tie par l’arrivée de jeunes femmes venues d’Europe cen­trale, l’élevage des tau­reaux et le com­merce de l’insémination. A cela, il ajoute l’épizootie dite de la vache folle d’où le double sens du titre. Des dia­logues tru­cu­lents donnent l’essentiel car beau­coup de sen­ti­ments, d’émotions s’expriment par l’image. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Bande dessinée

Jan Fabre, Une tentative de ne pas battre le record du monde établi par Eddy Merckx

Le cycle est roi

Pour sa rétros­pec­tive lyon­naise, Jan Fabre s’est rendu natu­rel­le­ment au Parc de la Tête d’Or qui jouxte le Musée d’Art Contem­po­rain. Non pour ren­con­trer ses sem­blables, ses frères (à savoir non les babouins au cul rouge mais ceux qui les regardent) pour une action dont il a le secret : ne pas battre le record de l’Heure d’Eddy Mer­ckx et ce, en pré­sence du cycliste belge mythique, de Pou­li­dor entre autres. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

Ce que les mots suggèrent, ce que les images disent : entretien avec l’artiste Julia Amarger

Pour me par­ler de ses recherches en thèse théo­rique et pra­tique sur la notion du secret dans l’art, Julia Amar­ger (ci-contre,  copy­right :  David Schä­fer) m’a fait par­ta­ger le frag­ment de poème de Jose Ber­ga­min : « LA VERACITE des mots / n’est pas vraie par ce qu’ils disent : / elle est vraie par ce qu’ils taisent. / Si les silences ne par­laient pas / per­sonne ne pour­rait dire / ce que cachent les mots. » Tout le tra­vail de la créa­trice aborde cette ques­tion du montré/caché, des limites et des seuils. Cela ren­voie à une forme de dila­ta­tion de l’ expé­rience artis­tique et lit­té­raire selon une radi­ca­lité aussi mini­male qu’énigmatique en divers jeux d’attente. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Entretiens

Thierry Lentz, Joseph Bonaparte

Etre le frère de Napoléon

De tous les frères de Napo­léon, Joseph est sans doute le plus inté­res­sant à étudier, du fait de la proxi­mité unis­sant les deux hommes et des res­pon­sa­bi­li­tés poli­tiques qui ont été les siennes, du trône de Naples à celui de Madrid. Thierry Lentz, qu’on ne pré­sente plus, dresse un por­trait pré­cis et nuancé de l’aîné des Bona­parte que l’on connaît en vérité fort peu.
Homme d’affaires avisé qui ne laisse rien au hasard quand il s’agit d’argent, il embrasse la cause révo­lu­tion­naire et sait se mon­trer bru­tal, que ce soit dans la répres­sion à Tou­lon ou dans celle de la gué­rilla anti-bonapartiste des Napo­li­tains. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies

Jean-Pierre Lemaire, L’Armoire aux tempêtes

Miracle misé­rable

L’oeuvre de Jean-Pierre Lemaire est celle du dépas­se­ment et de la conquête d’un ciel par un effort de marche — l’idée d’un voya­geur ailé n’est qu’une com­mo­dité de la conver­sa­tion. D’autant qu’au bout de la marche (ou de l’envol) “là-bas, il n’y a pas de vie. Rien que des gouffres et du vent. Je ne sais même pas com­ment j’ai tra­versé. Sans doute l’ouragan qui m’a ramené était-il plus fort que celui qui m’avait emporté.” Néan­moins, chaque pas est essen­tiel et l’avancée est autre qu’une excur­sion. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Poésie