Raphaële George, Je suis le monde qui me blesse

L’intime et le reste

De son vrai nom Ghis­laine Amon, Raphaële George publie à 25 ans son pre­mier livre  Le petit vélo beige  puis de nom­breux textes (en revues sous son nom ou pseu­do­nyme). Elle co-créa « Les Cahiers du double » et à côté de l’écriture tra­vailla la pein­ture qu’elle exposa en solo ou en groupes. A la fin des années 70, avec Vincent Ver­de­guer, elle peint plu­sieurs Fresques murales éphé­mères sur les murs des entre­pôts de Bercy à l’abandon (cer­taines sont conser­vées dans les Fonds d’Art Contem­po­rain de la Ville de Paris). Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Poésie

Ben Hopper, Natural Beauty

Hands-up !

Le pho­to­graphe anglais Ben Hop­per réa­lise un pro­jet par­ti­cu­lier avec Natu­ral Beauty. L’artiste ren­verse la règle de la pho­to­gra­phie de mode qui consi­dère la femme comme belle uni­que­ment si elle est épi­lée. Afin de la prendre de court cette vision, il pré­sente des actrices et des amies, bras en l’air pour mon­trer leur pilo­sité qui n’est pas et pour le moins sans charme.
A sa manière, il joue le pré­da­teurs des prédateurs-scénaristes ortho­doxes. Ce retour à une vision plus natu­relle (qui satis­fera autant les fémi­nistes et les Femen) com­mence une lutte contre les sté­réo­types et la rési­gna­tion incons­ciente qu’ils fomentent. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Erotisme

Sandrine Collette, Les Larmes noires sur la terre

Un coup de poing 

Après avoir stu­pé­fié ses lec­teurs par la noir­ceur de Des Nœuds d’acier, les avoir sub­ju­gués avec Un vent de cendres, conquis avec Six four­mis blanches, émer­veillé avec Il reste la pous­sière, San­drine Col­lette une fois encore crée la sur­prise avec cet émou­vant et violent récit sur la condi­tion de ces femmes exclues de la société par des acci­dents de la vie. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Pôle noir / Thriller

Patrice Maltaverne, Débile aux trois quarts

La puis­sance du feu

Il reste dans ce texte bien plus qu’un bon quart de luci­dité à son auteur. Mal­ta­verne y fait la preuve de ses intem­pé­rances poé­tiques publiées d’abord dans divers revues (“La belle-mère dure”, “Microbe”, “La Feuillue hiver­nale”, “La Tri­bune du Jelly Rod­ger” entre autres). Datés de 10 ans, ces textes conservent toutes leurs puis­sances de feu. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Poésie

Anton Ljuvjine, Fantasia

Supplique de lumière

Pamphlet et mani­feste, le livre d’Anton Ljuv­jine est un texte hybride et inégal. Il se peut d’ailleurs que l’auteur l’ait conçu comme tel. Un cer­tain débal­lage du moi pen­seur absolu et la pré­ten­tion empha­tique de n’être pas com­pris avant la fin du pro­chain siècle agacent par­fois. Mais l’impression que donne le livre est com­pen­sée par la recherche d’une voix dont l’auteur res­sent — à la fin de ce flo­ri­lège – le besoin de la nuan­cer et de trou­ver d’autres inflexions. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Poésie