Colin Lemoine, Qui vive

Pulsion sco­pique

Colin Lemoine pense mal. Et écrit très bien. Car en lieu et place de ce qu’une telle fic­tion aurait pu être — un roman de for­ma­tion -, le livre se retourne . Il décons­truit les regards atten­dus sur ce qui tien­drait de l’apprentissage et de l’éducation. Mais sans pour autant tra­hir véri­ta­ble­ment des secrets. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Chapeau bas, Romans

Sébastien Lepetit, Il y aura du sang sur la neige

Dans le milieu du ski de fond 

Début jan­vier, à Besan­çon, l’inspecteur Fabien Mon­ceau peste contre le froid alors que le com­mis­saire Bruno Mor­teau est revi­vi­fié par les basses tem­pé­ra­tures. Le pre­mier, ori­gi­naire de Paris, vit sa muta­tion dans la capi­tale franc-comtoise comme une puni­tion divine alors que le second se régale de tout ce qui touche à la région et à sa bonne chère. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Pôle noir / Thriller

Louis Guilloux, L’indésirable

Les feuilles mortes se ramassent à l’appel

Avant La Mai­son du peuple, son pre­mier livre et dans une sorte de brouillon - resté dans ses tiroirs après des refus de publi­ca­tion - du  Sang noir, Louis Guilloux écrit ce récit post-guerre en 1923.  Le genre tient ici à des prin­cipes par­ti­cu­liers, ceux d’un “répu­bli­cain éclairé” qui croit à l’héroïsme et l’amour de la patrie. De fait, ce héros  est vic­time de ce qu’on lui a appris : à savoir que le mal — et la guerre en pre­mier chef — sont néces­saires. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Romans

Gabriel Henry, Chair-Ville

Traver­sée de l’existence

Gabriel Henry pro­pose une tra­ver­sée de l’existence : l’enfance n’est pas encore très loin mais les fièvres peuvent être déjà adul­té­rines. Pour autant, l’auteur reste proche des rêves les plus simples même si les dés­illu­sions guettent. Mais ce n’est pas parce que l’on n’est pas par­tout heu­reux qu’on ne l’est nulle part. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Poésie

Roland Sénéca, Les cartes à jouer du corps

Ecrans sans contrôle

Le livre de Roland Sénéca est à la fois un chef-d’oeuvre, une somme poé­tique et plas­tique. C’est une médi­ta­tion sur ce qu’il en est de l’art, de l’être et de l’amour lorsqu’il est “l’attitude qui vou­drait réunir deux actes contra­dic­toires ; à la fois la contem­pla­tion de la forme et l’espoir de sa trans­for­ma­tion”. Mots et images se déve­loppent, se dépe­lotent, s’invaginent au sein d’une inté­rio­rité qui se met à jour en sor­tant des abîmes. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Chapeau bas, Poésie